Vous avez certainement déjà entendu parler de l’épuisement professionnel, mieux connu sous le nom de burn-out. De nombreux travailleurs sont tellement sollicités, tellement excédés par leurs tâches quotidiennes qu’ils ressentent une fatigue intense et n’arrivent tout simplement plus à fonctionner au travail. C’est un problème qui touche beaucoup de gens. Toutefois, il est faux de croire que seules les personnes souffrant d’épuisement professionnel vivent une situation problématique liée à leur travail.

Certaines personnes, au contraire, sont si peu stimulées par leur travail qu’elles vivent la situation inverse, elles s’ennuient profondément et n’ont pas de tâches à accomplir. Ces personnes souffrent de ce qu’on appelle un bore-out. On a longtemps associé le bore-out au burn-out, ne sachant pas trop comment qualifier cet ennui profond ressenti par un nombre important de travailleurs. Preuve que la définition de ce mal est récente, on utilise toujours, sur le site de l’institut Douglas, la définition suivante : « certaines personnes utilisent le terme burn-out quand elles ont le sentiment de s’ennuyer dans leur emploi et qu’elles sont à la recherche de nouveaux défis. » Il s’agit plutôt d’un bore-out.

Être payé à ne rien faire, un rêve?

Si cette situation est digne d’un véritable rêve pour certains, il en va tout autrement pour les personnes touchées par ce problème. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, beaucoup de gens sont affectés par ce mal qui peut éventuellement conduire à la dépression.

Une étude de Steptone révèle que 32% des salariés européens seraient très affectés par l’ennui au travail. Les personnes sondées ont indiqué « passer au moins deux heures, si ce n’est toute la journée, à ne rien faire »  Plutôt triste comme constat! En plus, selon le magazine Psychologies, « passer ses journées à tuer le temps serait aussi mauvais pour la santé que trop travailler. »

Effectivement, il n’y a rien d’amusant dans le fait de perdre son temps au travail. L’employé n’a aucune stimulation et ne se sent pas apprécié à sa juste valeur. Il n’a plus envie de se lever chaque matin pour se rendre au travail. Plus la situation perdure, plus les impacts sur la santé peuvent être importants.

Quelles solutions?

Cette situation est d’autant plus difficile à gérer pour les personnes qui en souffrent, puisqu’il est plutôt mal vu d’avouer à son patron ou à son entourage ne pas avoir suffisamment de choses à faire à son travail.

Si vous croyez souffrir d’un bore-out, vous devez d’abord réfléchir à la situation. S’agit-il d’une situation temporaire? Est-ce que généralement vos journées sont suffisamment occupées? Peut-être est-ce seulement d’une période plus tranquille à passer. Vous pourriez en profiter pour améliorer vos connaissances en faisant des recherches et des lectures. Autre suggestion, pourquoi ne pas demander à votre patron la permission de suivre une formation!

Toutefois, si vous vous reconnaissez dans cette situation et qu’elle vous semble permanente, n’hésitez pas à en parler et à demander de l’aide. N’oubliez pas que vous êtes maître de votre destin et que votre situation peut s’améliorer!

 

Pour en savoir plus sur le bore-out

Crédit photo :Steve Koukoulas via Foter.com / CC BY-NC-ND

Related Posts